Vous êtes ici : AccueilActualitésLe CNDH accueille une délégation de l’Association argentine des Grands-mères de la Place de Mai

Bulletin d'information

Actualités

27-01-2023

Interview de Mme Amina Bouayach accordée au site "Clarin.com": "L’effectivité (...)

Lire la suite

18-01-2023

Appel à concours pour l'occupation d'un poste de responsabilité - Chef de (...)

Lire la suite

12-12-2022

Un pre-foro en Marruecos para preparar la 3ª edición del Foro mundial de (...)

Lire la suite
Lire toutes les actualités
  • Réduire
  • Agrandir

Le CNDH accueille une délégation de l’Association argentine des Grands-mères de la Place de Mai

Le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) a accueilli le 23 juin 2016 à son siège à Rabat, une délégation de l’Association argentine des Grands-mères de la Place de Mai présidée par Mme Estela de Carlotto dans le cadre d’une mission de travail effectuée au Maroc du 23 au 26 juin 2016.

Cette visite avait pour objectif principal de prendre connaissance de l’expérience marocaine en matière de justice transitionnelle, de s’arrêter sur l’évolution de la situation des droits de l’Homme dans le Royaume et de mettre la lumière surles défis majeurs qui se posent dans ce domaine.

Lors de sa visite au Conseil, la délégation argentine a eu des entretiens avec M. Driss El Yazami, président du CNDH, avec son Secrétaire général, M. Mohammed Essabbar, mais aussi avec des membres et des cadres du Conseil. En outre, la délégation a rendu visite à un ensemble d’associations marocaines œuvrant dans le domaine des droits de l’Homme dont le Forum marocain pour la vérité et la justice, l’Association Casamémoire et l’Association médicale de réhabilitation des victimes de la torture.

Il convient de rappeler que l’association des Grands-mères de la Place de Mai ainsi que l’association des Mères de la Place de Mai sont considérées comme le symbole de la lutte des familles des victimes de l’enlèvement suite aux violations graves des droits de l’Homme perpétrés par le passé en Argentine.

 

A ses débuts en 1977, l’action de l’association consistait à revendiquer le retour et la détermination de l’identité des enfants enlevés et des femmes détenues durant leur grossesse. Mais depuis, le combat de ces femmes s’est élargi pour comprendre les questions relatives à l’identité, à la mémoire, aux droits des femmes, etc.

 

La Place de Mai, située au centre de la capitale argentine Buenos Aires, est considérée comme le symbole de la lutte de ces femmes, qui s’y rassemblaient afin de revendiquer le retour de leurs enfants et de leurs petits enfants disparus.

Haut de page