Vous êtes ici : AccueilActualitésMme Bouayach met en exergue la collaboration stratégique entre la GANHRI et le HCR en matière de prévention et de réponse à l’apatridie

Bulletin d'information

Actualités

27-01-2023

Interview de Mme Amina Bouayach accordée au site "Clarin.com": "L’effectivité (...)

Lire la suite

18-01-2023

Appel à concours pour l'occupation d'un poste de responsabilité - Chef de (...)

Lire la suite

12-12-2022

Un pre-foro en Marruecos para preparar la 3ª edición del Foro mundial de (...)

Lire la suite
Lire toutes les actualités
  • Réduire
  • Agrandir

Mme Bouayach met en exergue la collaboration stratégique entre la GANHRI et le HCR en matière de prévention et de réponse à l’apatridie

La présidente du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH), Amina Bouayach, a participé ce jeudi 8 décembre 2022 à une table ronde virtuelle sur la coopération entre le HCR et les institutions nationales des droits de l’Homme (INDH) en matière de prévention et de réponse à l’apatridie, organisée par Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et l'Alliance mondiale des institutions nationales des droits de l'Homme (GANHRI).

Intervenant à l’ouverture de cette rencontre en sa qualité de Vice-présidente et Secrétaire de la GANHRI, Mme Bouayach a mis en exergue l’importance du rôle des INDH, en tant qu’acteurs de proximité, pour la protection des réfugiés, des apatrides et des migrants, et ce grâce à un travail articulé avec le HCR et d’autres parties prenantes.

Elle a par ailleurs souligné que « l’expertise, la pluralité, et l’indépendance des INDH leur confèrent une position privilégiée pour interpeller leurs gouvernements et agir en faveur des personnes ayant besoin de protection internationale, y compris sur les questions liées à l’apatridie ».

Mme Bouayach a rappelé, dans ce sens, la contribution des INDH qui s’articule autour des missions suivantes : conseils aux Etats sur la protection des droits de l’Homme des apatrides; la prévention de l’apatridie, suivi et reporting sur les expériences des apatrides.

Les INDH sont tenus aussi de rappeler aux Etats leur obligation à rendre compte du respect des droits  et les accompagner  à identifier les  réponse  adéquates aux besoins spécifiques de certains groupes, comme  les enfants, les femmes, les personnes âgées et les personnes en situation de handicap et de ne laisser personne pour compte.

Dans le même contexte, elle a précisé que « la GANHRI et ses réseaux, de par leur action quotidienne, sont, également, des espaces de partage de bonnes pratiques avec les acteurs concernés, dont en premier lieu, le HCR », se félicitant par l’occasion de la collaboration stratégique entre la GANHRI et le HCR « pour la promotion de la protection des personnes en situation de vulnérabilité ».

En outre, Mme Bouayach a mis en exergue le partenariat stratégique entre le CNDH et le HCR pour la promotion et la protection des droits des réfugiés et des demandeurs d’asile.

A noter que cette table ronde a été marquée par la présentation des expériences de collaboration entre le HCR et les INDH de la Géorgie, du Mali et de la Colombie. Un aperçu a été également donné sur le travail conjoint entre le HCR et la GANHRI, y compris les directives du HCR sur la collaboration avec les INDH et la présentation des résultats de l'enquête.

Haut de page