Vous êtes ici : AccueilCérémonie d’attribution du nom de Feu Driss Benzekri à l’INFDH : hommage posthume à un homme qui a marqué l’histoire des droits de l’Homme au Maroc

Bulletin d'information

Actualités

27-01-2023

Interview de Mme Amina Bouayach accordée au site "Clarin.com": "L’effectivité (...)

Lire la suite

18-01-2023

Appel à concours pour l'occupation d'un poste de responsabilité - Chef de (...)

Lire la suite

12-12-2022

Un pre-foro en Marruecos para preparar la 3ª edición del Foro mundial de (...)

Lire la suite
Lire toutes les actualités
  • Réduire
  • Agrandir

Cérémonie d’attribution du nom de Feu Driss Benzekri à l’INFDH : hommage posthume à un homme qui a marqué l’histoire des droits de l’Homme au Maroc

C’est officiel, et après approbation Royale, l’Institut national de formation aux droits de l’Homme (INFDH) porte désormais le nom de Feu Driss Benzekri. La cérémonie d’attribution du nom de Feu Driss Benzekri à l’INFDH s’est déroulée le mercredi 5 juillet 2017 à Rabat, en présence de personnalités du monde politique, académique, associatif et des droits de l’Homme.

Le frère du défunt, sa sœur, ses amis, les personnes qui l’ont côtoyé et ceux qui ont travaillé avec lui dans le cadre de l’Instance équité et réconciliation (IER) étaient tous présents à cette cérémonie pour rendre un autre hommage posthume à l’ancien président de l’IER et l’un des ‘architectes’ du processus de justice transitionnelle au Maroc. Le ton était à la reconnaissance et la symbolique de l’initiative a attiré un public nombreux.

Organisée à l’occasion du dixième anniversaire de la disparition de Feu Driss Benzekri, cette cérémonie est une autre manière de rendre hommage à l’homme et au militant qui a marqué de ses empreintes l’histoire des droits de l’Homme au Maroc.  L’homme qui a tracé les contours du Maroc d'aujourd'hui, celui de la diversité, de la démocratie et du pluralisme.

La formation aux droits de l’Homme est l’une des recommandations de l’IER dont feu Driss Benzekri a assuré la présidence entre 2004 et 2006. ‘Dix ans après le décès de l’architecte de l’IER, c’est une grande symbolique que de donner son nom à cet Institut qui forme aux droits de l’Homme. Car l’un des objectifs de Driss Benzekri était de renforcer la formation dans le domaine des droits de l’Homme. Et l’Institut le mieux placée pour porter son nom est l’INFDH’ a indiqué pour sa part M’Barek Bouderqa, ancien membre de l’IER.

Une philosophie que partage M. El Yazami qui reste convaincu que ‘les droits de l’Homme ont besoin, pour être effectifs, de gens compétents qui croient, portent des valeurs, savent passer les messages et communiquer avec les diverses couches de la population, les parlementaires et les acteurs politiques et les partenaires internationaux au Maroc’.

Pour sa part, Hassan Semlali, président de la Fondation Benzekri pour les droits humains et la démocratie, a rappelé les efforts consentis par feu Benzekri en faveur des questions des droits de l’Homme et de la justice transitionnelle. ‘Donner son nom à l’INFDH porte en lui-même une grande symbolique. C’est une contribution à la mise en œuvre de l’une des recommandations de l’IER qui considère que la formation aux droits de l’Homme est l’un des moyens d’ancrer la culture des droits de l’Homme au sein de la société’.

L’INFDH, fruit d’une collaboration entre le CNDH et d’autres partenaires, contribuera à l’émergence d’une nouvelle génération d’acteurs des droits de l’Homme.

Ouverts sur tous les acteurs de la société, l’INFDH a pour missions le développement d’une dynamique de formation de base sur les différentes thématiques relatives aux droits de l’Homme, la mise en place des cursus professionnels et des modules de formation continue au profit des membres et du personnel du CNDH, de ses commissions régionales (CRDH), des institutions et des administrations publiques selon une approche droits de l’Homme, et la contribution au renforcement des capacités des acteurs de la société civile (ONG, groupements professionnels, syndicats, entreprises, …) impliqués dans la défense, la protection et la promotion des droits de l’Homme.

 

Depuis son ouverture en 2015, l’INFDH a organisé quelques 80 sessions de formation ayant bénéficié à plus de 2000 participants marocains et africains.