Vous êtes ici : AccueilConférence intergouvernementale sur la migration : La GANHRI appelle les Etats à mettre en place un processus inclusif, régulier, et participatif pour la mise en œuvre du PMM

PUBLICATIONS À LA UNE

Bulletin d'information

Actualités

20-06-2019

Amina Bouayach participe à un débat sur la parité lors de la 5ème édition du (...)

Lire la suite

20-06-2019

LA TOLERANCE : NOUS Y GAGNERIONS DE L’HUMANITÉ

Lire la suite

12-06-2019

Election de Mohamed Charef en tant que membre du Comité des travailleurs (...)

Lire la suite
Lire toutes les actualités
  • Réduire
  • Agrandir

Conférence intergouvernementale sur la migration : La GANHRI appelle les Etats à mettre en place un processus inclusif, régulier, et participatif pour la mise en œuvre du PMM

Premier exercice onusien pour Amina Bouayach, la présidente du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH) fraichement nommée. Mme Bouayach a fait une déclaration au nom de l’Alliance mondiale des institutions nationales des droits de l'Homme (GANHRI) le 10 décembre 2018 à Marrakech lors de la Conférence intergouvernementale pour l’adoption du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières (PMM).

Dans sa déclaration, la GANHRI qui compte aujourd’hui plus de 112 institutions nationales des droits de l’Homme (INDH), se félicite du travail mené en vue de l'adoption de ce Pacte, invite toutes les parties prenantes à œuvrer pour sa mise en œuvre et exhorte tous les États, qui ne l'ont pas encore fait, à ratifier la Convention internationale sur les droits des travailleurs migrants et des membres de leur famille.

Tout en réaffirmant la nécessité pour les États de promouvoir et de protéger les droits des migrants indépendamment de leur statut migratoire, la GANHRI appelle toutes les parties prenantes à surveiller les droits des migrants dans le cadre de tous les processus de surveillance des organes conventionnels des Nations Unies relatifs aux droit de l’Homme.

Étant donné que le premier examen aura lieu en 2020 au niveau régional, la GANHRI souligne le rôle important des systèmes régionaux de protection des droits humains existants, recommande leur inclusion dans l'examen et préconise l’inclusion des INDH qui agissent individuellement ou via leurs réseaux régionaux.

A cet égard, l’Alliance mondiale des INDH appelle tous les Etats à mettre urgemment en place un processus inclusif, régulier, transparent et participatif au niveau national pour la mise en œuvre du PMM qui devrait également fixer des objectifs, des mesures concrètes et des calendriers de mise en œuvre.

Tout en a appelant les États à créer des INDH là où elles n'existent pas encore, à soutenir et à renforcer celles qui existent déjà, conformément aux Principes de Paris, et à soutenir leur mandat de protection et de promotion en ce qui concerne les activités transfrontalières, la GANHRI assure que les INDH :

• plaideront en faveur de la mise en œuvre des objectifs de développement durable (ODD), en particulier ceux qui ont une incidence sur les DH des migrants, et en assureront le suivi ;
• accompagneront les États dans l'élaboration de plans d’action nationaux ;
• agiront pour l’harmonisation des législations, avec les normes internationales et régionales en matière des DH ;
• soutiendront les États dans leurs efforts de contrôle des entités privées telles que les agences de recrutement, les bureaux de transfert de fonds ainsi que les employeurs en ce qui concerne les droits des migrants, et soutiendront la formation de leur personnel sur les droits des migrants ;
•  renforceront la coopération transfrontalière des INDH en désignant des points focaux sur la migration.