Vous êtes ici : AccueilFormation sur la « Participation des jeunes à l’Examen Périodique Universel »

PUBLICATIONS À LA UNE

Bulletin d'information

Actualités

10-06-2022

Session d'information et d'échange avec les membres et le personnel du MNP

Lire la suite

07-06-2022

CNDH-UNESCO: Convention de partenariat pour la promotion de l'éducation à la (...)

Lire la suite

25-05-2022

Cameroun : le CNDH participe à l’animation d’un atelier de formation au profit (...)

Lire la suite
Lire toutes les actualités
  • Réduire
  • Agrandir

Formation sur la « Participation des jeunes à l’Examen Périodique Universel »

« La campagne contre la violence à l’égard des femmes et des filles s’installera sur toute l’année autour d’un slogan marquant », Amina Bouayach

Le Conseil national des droits de l’Homme, en partenariat avec le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), UPR Info et le concours financier de l’Ambassade du Canada au Maroc, a organisé une formation sur la « Participation des jeunes à l’Examen Périodique Universel (EPU)», et ce les 24 et 25 novembre 2021 à l’Institut de Rabat Driss Benzekri pour les Droits de l’Homme.

Intervenant à l’ouverture de cette formation, qui se tient dans le cadre des 16 jours d’activisme contre la violence basée sur le genre sur le thème : « Orangez le monde : mettre fin dès maintenant à la violence à l’égard des femmes ! », Amina Bouayach a précisé que le CNDH va installer cette campagne sur toute l’année autour d’un slogan marquant «مانسكتوش_على_العنف# » (litt. Dénonçons la violence ». L’objectif est d’encourager les femmes et les filles à dénoncer les actes de violence à leurs égards et les accompagner dans le processus judiciaire de justice et d’équité en la matière.

Par ailleurs et tout en réitérant l’engagement et l’importance qu’accorde le CNDH à la coopération avec ses partenaires sur les différentes questions en matière des droits de l’homme, Mme Bouayach a indiqué formation réunit, dans une approche participative, des jeunes de différentes régions du Royaume afin de renforcer leurs connaissances sur ce processus. Mais aussi de les impliquer dans l’élaboration des recommandations liées aux droits des femmes dans l’élaboration du rapport parallèle EPU du CNDH dans la perspective du prochain EPU du Maroc, prévu en novembre 2022.

Elle a rappelé que le CNDH participe au débat et à la concertation du processus d’élaboration des recommandations pour l’UPR, aussi bien avec le gouvernement qu’avec les ONG et que ce rapport va apporter toutes les conclusions et les témoignages enregistrés des femmes et des filles sur les violences qu’elles ont subies dont les violence sexuelles, physiques, économiques, psychologiques et numériques.

Pour sa part, Mr Luis Mora, Représentant résident de l’UNFPA au Maroc a salué les avancés enregistrées en matière des droits de l’égalité et de la santé sexuelle et reproductive des femmes et des filles, précisant que ces avancés en la matière reflètent la garantie d’accès au droit à la vie et au droit au développement.

Se disant préoccupée par ce sujet, Mr. Mora a déclaré que malgré leur sensibilité, ces questions demeurent particulièrement importantes pour les Etats membres et pour les citoyennes et les citoyens. Cette formation demeure une opportunité historique qui s’inscrit dans cette optique pour faire une analyse de l’état d’avancement de l’agenda des droits des jeunes à ce propos, a-t-il dit.

Mr Luis Mora a précisé également que l’EPU est, sans doute, le seul mécanisme le plus démocratique dans le système des nations unies à travers lequel tous les Etats membres peuvent faire des recommandations concernant la situation des droits humains dans les différents Etats membres et s’engagent efficacement à la mise en œuvre des recommandations approuvées et le seul à permettre également à la société civile d’y participer.

De son côté, Mme Mona M’Bikay, directrice exécutive de l’UPR info a souligné que les jeunes jouent un rôle très important pour construire le futur où chaque personne pourra se réaliser et atteindre son plein potentiel par le respect des droits et des libertés fondamentales, la protection des personnes vulnérables et la création d’une société inclusive.

Dans ce cadre, Mme M’Bikay a rappelé que le Royaume du Maroc a été examiné trois fois, dans le cadre de l’EPU (2008, 2012 et 2017) et qu'il a reçu, lors du dernier examen en septembre 2017, deux cent quarante-quatre (244) recommandations, dont plusieurs recommandations relatives aux droits des femmes et à l’égalité. 

Différents axes ont été débattues durant cette formation dont « Le système onusien des droits de l’Homme » ; « L’examen périodique universel » ; « Le rôle des acteurs dans l’EPU ; l’EPU- Maroc » ; « Les recommandations de l’EPU-Focus sur les droits des femmes ».

Pour rappel, l'Examen Périodique Universel est un mécanisme qui permet de passer en revue les réalisations et le suivi des engagements des Etats en matière des droits de l’Homme. Ce mécanisme enregistre l’engagement de tous les Etats membres des Nations Unies. Il repose sur les informations fournies par l’Etat en question ; les informations reçues des organes et des entités des Nations Unies ; les informations des parties tierces tels que les Institutions nationales des droits de l’Homme et les organisations non gouvernementales.