Vous êtes ici : AccueilLancement des travaux de la 13 ème conférence internationale des INDH à Marrakech : Driss El Yazami : « Malgré les défis, de nombreuses institutions nationales des droits de l’Homme sont devenues un réel acteur de changement dans leur pays »

PUBLICATIONS À LA UNE

Bulletin d'information

Actualités

21-09-2018

Le CNDH lui a consacrée une étude en 2013 : Adoption du projet de loi relatif à (...)

Lire la suite

20-09-2018

Atelier de sensibilisation sur les droits à la santé sexuelle et reproductive

Lire la suite

28-06-2018

Dans le cadre du programme d'appui à la société civile au Maroc : Lancement du (...)

Lire la suite
Lire toutes les actualités
  • Réduire
  • Agrandir

Lancement des travaux de la 13 ème conférence internationale des INDH à Marrakech : Driss El Yazami : « Malgré les défis, de nombreuses institutions nationales des droits de l’Homme sont devenues un réel acteur de changement dans leur pays »

Les travaux de  la 13ème conférence internationale des institutions nationales des droits de l’Homme se sont ouverts ce mercredi 10 octobre 2018 à Marrakech en présence de Driss EL Yazami, président du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH), de Mahjoub EL Haiba, délégué interministériel aux droits de l’Homme, de Mme Beate Rudolf, présidente de l'Alliance mondiale des institutions nationales des droits de l'Homme (GANHRI) et de Ahmed Akhchichine, président du Conseil régional de Marrakech-Safi.

Placée sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, la 13ème conférence internationale des INDH est organisée conjointement par le Conseil national des droits de l'Homme (CNDH) (GANHRI), en coopération avec le Haut-commissariat des Nations unies aux droits de l'Homme sur le thème “Élargir l'espace civique, promouvoir et protéger les défenseurs des droits de l'Homme, avec un accent spécifique sur les femmes : le rôle des institutions nationales des droits de l'Homme ”.

Près de 300 participants ont pris part à la conférence dont des présidents et représentants des institutions nationales des quatre réseaux régionaux d'INDH, ainsi que des partenaires et experts des Nations unies, notamment le Rapporteur spécial sur la situation des défenseurs des droits humains, Michel Forst. Des ONG, des défenseurs des droits de l'Homme et des représentants d’organismes nationaux, régionaux et internationaux prendront part également aux travaux de cette conférence.

Cette conférence offre l’opportunité d’explorer les rôles et les contributions des INDH à l'élargissement de l’espace civique et à la promotion et la protection des défenseurs des droits de l’Homme, en accordant une attention particulière aux défenseuses des droits de l’Homme. Elle permettra aussi d’échanger et de partager les  expériences, les enseignements et des pratiques mises en œuvre par les INDH dans les différentes régions du monde.

A cet égard, Driss El Yazami a indiqué à l’ouverture de la conférence qui se poursuit jusqu’au 12 octobre 2018, que les INDH ont un double défi à surmonter. « Elles doivent d’abord défendre leur marge de liberté, et résister lorsque les pouvoirs publics essaient de limiter leurs actions parce que inquiètes de leurs rapports et leur travail de monitoring de droits de l’Homme ». Ajoutant que « la deuxième responsabilité qui incombe aux institutions nationales est celle de défendre la liberté d’action de tous les autres défenseurs des droits de l’Homme, individus ou groupes, ONG, syndicats, journalistes, associations professionnels, et tous ceux et celles qui souhaitent donner vie à l’un des principes du droit international des droits de l’Homme ».

Cependant, précise M. El Yazami,  « malgré tous ces défis, de nombreuses institutions nationales des droits de l’Homme sont devenus un réel acteur de changement, un réel acteur pour la réforme dans leur pays grâce à leurs rapports, à leurs avis juridiques, aux liens noués avec le parlement et avec l’ensemble des acteurs de la société civile ».
Abondant dans le même sens, Béate Rudolf présidente de la GANHRI a indiqué que « face à cette tendance au rétrécissement de l'espace et à l'augmentation des pressions et des attaques contre les défenseurs des droits humains, nous, les INDH, devons être encore plus fortes pour défendre les droits humains.

En effet, a-t-elle dit, « compte tenu de la multiplicité et de la diversité des défis, les réponses des INDH et de leurs partenaires doivent  être adaptées à la situation spécifique du pays ».
Convaincu du rôle joué par le CNDH en matière de protection et de promotion des droits de l’Homme, Mahjoub EL Haiba, délégué interministériel aux droits de l’Homme a indiqué que « le choix du Maroc pour accueillir cette rencontre d’envergure internationale n’est pas fortuit. Il traduit les avancées du Maroc en matière de protection des droits de l’Homme et le travail énorme accompli par le CNDH, créé il y a près de 25 ans ». Ajoutant que  le « CNDH jouit d’une grande réputation nationale et internationale et joue un rôle actif dans les différents forums nationaux et internationaux, dans le système des Nations-Unies et dans les différents réseaux régionaux et internationaux de défense des droits de l’Homme".

Les participants discuteront de la façon dont les INDH peuvent utiliser leur mandat et leurs pouvoirs pour surveiller, promouvoir et protéger les défenseurs des droits humains et de la manière dont les INDH peuvent œuvrer efficacement au maintien du cadre structurel pour le respect des droits de l'Homme dans leur pays respectif.
En effet, différentes thématiques seront débattues tout au long des trois jours de la conférence dont : « Menaces à l'espace civique et surveillance » ; « Protéger les défenseurs et, surtout, les défenseuses des droits de l'Homme, y compris les INDH » ; « Communiquer en positivant le discours sur les droits de l'Homme » ; « Promouvoir la participation dans les affaires publiques, faire entendre la voix des citoyens » ; et « Favoriser la coopération et les partenariats ».

Les travaux de cette conférence seront sanctionnés par l’adoption de la Déclaration de Marrakech qui définira les grandes lignes des actions à mener dans le futur en vue de promouvoir le rôle des INDH en tant que défenseurs des droits de l’Homme.