Vous êtes ici : Accueil« Le Handicap, représentations et perceptions des personnes en situation de handicap au Maroc »

PUBLICATIONS À LA UNE

Bulletin d'information

Actualités

10-06-2022

Session d'information et d'échange avec les membres et le personnel du MNP

Lire la suite

07-06-2022

CNDH-UNESCO: Convention de partenariat pour la promotion de l'éducation à la (...)

Lire la suite

25-05-2022

Cameroun : le CNDH participe à l’animation d’un atelier de formation au profit (...)

Lire la suite
Lire toutes les actualités
  • Réduire
  • Agrandir

« Le Handicap, représentations et perceptions des personnes en situation de handicap au Maroc »

Dans le cadre de sa participation à la 26ème édition du Salon international de l’édition et duLivre (SIEL) à Casablanca, le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) a accueilli, le 13 février 2020, les professeurs de sociologie Jamal Khalil, Amal Bousbaa, Abdellah Zouhairi, TouriaHoussam et Wassila Benkirane auteurs du livre « Le Handicap, représentations et perceptions des personnes en situation de handicap au Maroc ».

Ce livre est le fruit d’un travail d’équipe coordonné par M. Khalil. Il vise à décrire et analyser les perceptions sociales sur le handicap dans des champs d’activités permettant une observation de ces perceptions. Ce travail permet également de produire des données à partir des discours des acteurs eux-mêmes et de comparer les connaissances accumulées à travers la revue de littérature par rapport à la réalité observée sur le terrain.

Trois questions posées à Jamal Khalil, le coordinateur de ce livre, nous donne un éclairage sur ce travail intellectuel :

Q : Pouvez-vous nous décrire le contexte qui vous a incité à la réalisation de ce livre?

R : La question du handicap nous concerne tous. Proche ou éloignée, généralement nous avons tous une personne en situation de handicap dans notre famille. D’autant plus, lorsqu’on est chercheur on confronte un certain nombre de questions qui nous interpellent sur cette question, telles que : qu’est-ce qu’on peut faire pour répondre à la question du handicap ? Quel est le rôle qu’on peut jouer en tant qu’acteur social ? Et aussi, qu’est-ce qu’on peut apporter en tant que chercheur ?

Avec mes collègues, on s’est aperçu qu’il existe un manque de données sur la question du handicap, c’est ce qui nous incité à produire nos propres données. Et puisque on est dans un département de sociologie, on a lancé une enquête sur la question qui a été couronnée par la réalisation de ce livre qui tente d’apporter un point de vue socio-anthropologique sur la question des perceptions du handicap dans le contexte marocain.

Q : Quel est la valeur ajoutée de ce livre ?

R : N’importe quel livre a une valeur ajoutée. Quand il y a un travail d’enquête et de de terrain, un livre est un marqueur d’un moment donné. Entre 2014 et 2016, on a fait une enquête dans la région de Casablanca sur la situation des personnes handicapées et dont le résultat est mis dans ce livre. Ce dernier servira de référence ou outil de comparaison (dans l’avenir) pour les autres chercheurs et personnes intéressées par cette thématique. C’est un jalon dans un processus de recherche. Ce n’est pas un travail définitif. C’est la démarche scientifique, chaque fois, on rajoute quelque chose. Les résultats de ce livre peuvent également créer et enrichir le débat en termes de solution.

Q : Comment se manifeste la perception de la personne en situation de handicap (PSH) dans le contexte marocain ?

R : Le contexte marocain n’est pas différent des autres contextes. Je pense que la situation des PSH a changé depuis une vingtaine ou trentaine d’années. Pendant longtemps, les PSH étaient stigmatisées, rejetées, etc. Maintenant, grâce au travail important de la société civile, il y a des réalisations qu’on ne peut pas négliger.

Par exemple, si on avait fait ce genre d’enquête depuis 40 ou 50 ans, les perceptions auraient été complètement négatives. Je crois qu’il y a un début de changement vers des perceptions positives. Cependant, il y a des choses qui n’ont pas beaucoup changé, comme dans d’autres domaines où on a pris un peu de retard. Certaines choses sont difficiles à changer quand on prend du retard. Finalement, je pense que le travail sur les mentalités et la sensibilisation sur cette question est nécessaire et primordiale.