Vous êtes ici : AccueilMise à jour du plan d’action du Groupe de travail Migration du RINADH : Le CNDH propose l’inclusion des questions émergentes et urgentes liées à la migration

PUBLICATIONS À LA UNE

Bulletin d'information

Actualités

15-05-2022

Rapport annuel 2021: le mot de Mme Amina Bouayache, présidente du CNDH

Lire la suite

15-04-2022

Lancement d'avis de recrutements pour l'occupation de (4) postes budgétaires (...)

Lire la suite

14-03-2022

Mme Bouayach, désignée membre du comité académique pour la préparation prochain (...)

Lire la suite
Lire toutes les actualités
  • Réduire
  • Agrandir

Mise à jour du plan d’action du Groupe de travail Migration du RINADH : Le CNDH propose l’inclusion des questions émergentes et urgentes liées à la migration

Le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH), en sa qualité de président du groupe de travail (GT) migration du Réseau des institutions nationales africaines des droits de l’Homme (RINADH) a tenu, le 03 mars 2022 au siège du CNDH à Rabat, une réunion consacrée à la mise à jour du plan d’action 2022-2023 et à la préparation de la participation du GT du RINADH au premier forum international d’examen des migrations internationales, qui se tiendra du 10 au 13 mai 2022, à New York.

Intervenant à cette occasion, qui s’est tenue en format hybride, Mme. Bouayach a indiqué que la mise à jour du plan d’action 2022-2023 doit être élaboré selon une approche participative incluant toutes les INDHs membres, « Il s’agit non seulement de revoir nos priorités au sein de notre continent, mais également de prendre en considération des questions émergentes en relation avec la migration et de prévoir notre éventuelle participation au Forum international d'examen des migrations internationales ». a-t-elle dit.

Durant cette rencontre, a été retenue la proposition du CNDH d’adopter et d’inclure, dans le plan d’action, les questions relatives aux défis climatiques, comme étant des questions émergentes et urgentes liées à la migration. Dans ce contexte, Mme Bouayach a rappelé la résolution du Conseil des droits de l’Homme reconnaissant le droit à l’environnement en tant que droit de l’homme, ainsi que les deux déclarations du Réseau de l’ONU et de GANHRI, à l’occasion de la COP26, qui constituent, un cadre actualisé pour la protection des communautés vulnérables, y compris les migrants.

 

 

Mme Bouayach a proposé aussi de coordonner les actions des INDHs membres pour apporter un appui spécifique aux femmes migrantes qui subissent différentes formes de violence et prévoir des actions de promotion, en collaboration avec les différentes INDHs, pour faire face aux discours de xénophobie et protéger les migrants des actes de racisme et de discrimination de différentes formes.

La présidente a saisi cette occasion pour mettre l’accent sur les principales actions menées par le GT, précisant que « Depuis la présentation de son rapport devant l’AG du RINADH en novembre dernier, chers amis, le GT a pris part à plusieurs rencontres relatives à l’évaluation des  progrès accomplis dans la mise en œuvre des 23 objectifs du PMM et les défis qu’ils ont soulevés ».
Des documents du GT ont été ainsi élaborés et partagés avec le Réseau de l’ONU sur les Migrations, avec lequel le GT, a continué son interaction,  lors de sa troisième réunion annuelle tenue en décembre dernier sur les réflexions et les perspectives d’action du Réseau de l’ONU.

Par ailleurs, et tout en appelant à une participation active du GT au prochain forum international d’examen des migrations internationales, Mme Bouaych a précisé que ledit forum examinera les progrès accomplis et les défis restant à relever dans la mise en œuvre du PMM sur la gouvernance des migrations.

Elle a mis en exergue à ce propos les domaines mis en évidence dans le rapport du SG des Nations unies, présenté le 16 février dernier, et dans lesquels des progrès particuliers ont été accomplis. Il s’agit notamment de l'incidence de la traite des humains ; les mesures visant à mettre fin à la détention d'enfants par les services d'immigration et à investir dans des alternatives non privatives de liberté et fondées sur les droits de l'homme ; l'importance d'une protection et de services consulaires efficaces pour les migrants, y compris ceux en situation irrégulière.

Outre Mme Bouayach, cette réunion, a été marquée par la participation de M. Mounir Bensalah, secrétaire général du CNDH, Mr. Ahmed Salem Bouhoubeyni, président de la CNDH de la Mauritanie, Mr. Gilbert Sebihogo, Directeut exécutif du RINADH, Mme Priscillah Mbanga, Chargée de la migration (CM) au CNDH Zimbabwe, Mr. Brah Mamadou Ali, CM au CNDH du Niger, Mr. Stephen Sikolia Koria, CM au CNDH Kenya.