Vous êtes ici : AccueilOuverture du Forum des droits de l’Homme : M. El Yazami, ‘ne pas poser la question de la politique culturelle à l’ère du digital et au rapport au citoyen, c’est rater un rendez-vous démocratique’.

Bulletin d'information

Actualités

27-01-2023

Interview de Mme Amina Bouayach accordée au site "Clarin.com": "L’effectivité (...)

Lire la suite

18-01-2023

Appel à concours pour l'occupation d'un poste de responsabilité - Chef de (...)

Lire la suite

12-12-2022

Un pre-foro en Marruecos para preparar la 3ª edición del Foro mundial de (...)

Lire la suite
Lire toutes les actualités
  • Réduire
  • Agrandir

Ouverture du Forum des droits de l’Homme : M. El Yazami, ‘ne pas poser la question de la politique culturelle à l’ère du digital et au rapport au citoyen, c’est rater un rendez-vous démocratique’.

C’est dans une salle comble que s’est ouverte à Essaouira la sixième édition du Forum des droits de l’Homme du Festival Gnaoua. Au menu, un débat sur les liens entre le digital et la culture. Un sujet plus que contemporain qui a attiré un grand public lors de la séance d’ouverture du Forum tenue ce vendredi 30 juin 2017 à l’initiative du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) et du Festival Gnaoua et Musiques du Monde d’Essaouira.

Des artistes, des experts en numérique et art en contemporain, Maroc, Égypte, France, Palestine, Belgique, Norvège, Sénégal, Liban, animerons les deux jours de ce Forum qui s’érige désormais en espace de débats et d’échanges entre intervenants nationaux et internationaux.

Intervenant à l’ouverture du Forum, Driss El Yazami, président du CNDH a mis en exergue l’importance qu’accorde le Conseil à la culture en tant que droit fondamental. Aussi, a-t-il dit, ‘aller à la rencontre du Festival et ouvrir cet espace de débat allait de soit’. Pour M. El Yazami, la « Créativité et politiques culturelles à l’ère du numérique » est une thématique contemporaine qui s’est imposée par la force des choses à cette sixième édition du Forum. En effet, avec plus de 18 millions de taux de pénétration, les marocains sont un peuple connecté. Cependant, que faire de cet outil ? Pour M. El Yazami, ‘ne pas poser la question de la culture et de la politique culturelle à l’ère du digital et au rapport au citoyen, c’est rater un rendez-vous démocratique’.

Et M. El Yazami de préciser ‘qu‘un nouveau monde se fait ainsi jour devant nos yeux et à notre portée, riche de révolutions sans aucun doute plus amples que celles que l’imprimerie puis la machine à vapeur ont suscités. Il nous appartient d’en être aussi les inventeurs », précise M. El Yazami.

Désormais, Comme pour tous les autres secteurs de la vie publique, la création culturelle passe désormais par le numérique, imposant à tous de nouvelles manières de lire, d’écouter, de regarder, et de consommer.

Durant ces deux matinées de débat, les participants tenteront de répondre à plusieurs interrogations. Le digital implique-t-il de nouvelles manières de d’émouvoir, de toucher, d’interpeller, de transmettre un message politique, social ou artistique ? Est-il une chance ou une menace pour la création artistique ? Le numérique sonne-t-il le glas des formes actuelles de culture « traditionnelle » ? Permet-il de plus grandes marges de liberté ? Offre-t-il aux minorités et aux groupes vulnérables de nouveaux espaces d’expression et de visibilité ?, des interrogations et tant d’autres auxquelles tenteront de répondre les participants à cette sixième édition du Forum des droits de l’Homme du Festival Gnaoua.

Le débat s’articulera autour de plusieurs thématiques : ‘Arts vivants, édition, cinéma, musique… ce que change le digital !’, ‘Le digital au service de la diversité ?’, ‘Vers l’émergence de nouvelles disciplines artistiques’, ‘Quelles politiques publiques et quelles actions de l’ensemble des acteurs ?’.