Vous êtes ici : AccueilRencontre à Tanger sur le rôle de l’université dans la sensibilisation aux changements climatiques et leurs impacts sur les droits de l’Homme

Bulletin d'information

Actualités

27-01-2023

Interview de Mme Amina Bouayach accordée au site "Clarin.com": "L’effectivité (...)

Lire la suite

18-01-2023

Appel à concours pour l'occupation d'un poste de responsabilité - Chef de (...)

Lire la suite

12-12-2022

Un pre-foro en Marruecos para preparar la 3ª edición del Foro mundial de (...)

Lire la suite
Lire toutes les actualités
  • Réduire
  • Agrandir

Rencontre à Tanger sur le rôle de l’université dans la sensibilisation aux changements climatiques et leurs impacts sur les droits de l’Homme

En partenariat avec l’Ecole nationale de commerce et de gestion et en collaboration avec l’université Abdelmalek Essaadi, la Commission régionale des droits de l’Homme (CRDH) de Tanger a organisé, le samedi 14 mai 2016 à Tanger, la deuxième rencontre universitaire régionale autour du thème « renforcement du rôle de l’université dans la sensibilisation aux changements climatiques et leurs impacts sur les droits de l’Homme ».

Cette rencontre a été organisée dans le cadre des préparatifs de la 22éme édition de la Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP22) qui se déroulera à Marrakech en novembre 2016 et la MEDCOP22 (forum de la société civile méditerranéenne) prévue en juillet prochain à Tanger.

Marqué par la participation d’experts, de professeurs universitaires, d’étudiants, d’acteurs institutionnels et associatifs, cet événement a mis en lumière les changements climatiques et leurs impacts sur le droit au développement durable, ainsi que sur leurs relations avec le genre. Les intervenants ont également mis l’accent sur l’importance de la sensibilisation et de la vulgarisation du rôle de la société civile dans les conférences des Etat partis sur le climat.

Lors de cette rencontre, la présidente de la CRDH de Tanger, Soulma Taoud, a précisé que les changements climatiques requièrent l’engagement de tous les intervenants : les experts et les chercheurs dans les laboratoires universitaires, les acteurs institutionnels qui élaborent les politiques publiques, les élus en tant que représentants de la volonté des citoyens, et les acteurs associatifs, comme force de proposition, notamment à travers le champs d’intervention que leur procure la démocratie participative.

Elle a également insisté sur la nécessité de mobiliser tous les moyens disponibles pour précéder à un diagnostic de la situation environnementale, afin de définir toutes les problématiques environnementales, en définir les causes, et mettre en place des solutions réalisables à court, moyen et long terme dans la perspective de faire face aux enjeux de la COP22 à Marrakech.

Cette rencontre a constitué une occasion pour mettre en exergue le potentiel des étudiants universitaires issus des établissements de la région : l’Ecole nationale des sciences appliquées, l’Institut national de l’action sociale, l’Ecole nationale de commerce et de gestion, la Faculté des sciences et techniques, l’Institut supérieur international du tourisme, la Faculté des sciences de Tétouan, la Faculté des lettres et des sciences humaines de Martil. Dans une série d’exposés, ces étudiants ont présenté la situation climatique au Maroc et dans d’autres pays (Canada, Egypte, Iles Comores, France, Allemagne, Suède). Ils ont débattu des effets des changements climatiques dans ces pays, leurs stratégies d’adaptation et d’atténuation face aux dangers climatiques, ainsi que leurs attentes de la COP22 à Marrakech.