Vous êtes ici : AccueilStand du CNDH au SIEL 2020 : Autour du roman « Impossible de rester », de Aminata Pagni

PUBLICATIONS À LA UNE

Bulletin d'information

Actualités

31-12-2021

Lettre de voeux à l'occasion de la nouvelle année 2022

Lire la suite

16-12-2021

Le CNDH participe à la 3ème réunion annuelle du réseau des Nations Unies sur les (...)

Lire la suite

08-12-2021

Atelier de formation sur les aspects liés à la santé dans les lieux de privation (...)

Lire la suite
Lire toutes les actualités
  • Réduire
  • Agrandir

Stand du CNDH au SIEL 2020 : Autour du roman « Impossible de rester », de Aminata Pagni

Le stand du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) à la 26ème édition du Salon international de l’édition et du livre, a reçu le 11 février 2020, Aminata Pagni, juriste, écrivaine et ancienne cadre du CNDH, qui a présenté son roman « Impossible de rester ».

« Impossible de rester » est un roman qui traite du thème de l’émigration et amène à parler des questions relatives à la mobilité en racontant l’histoire d’une jeune migrante « Aram » qui a quitté son pays pour explorer de nouveaux horizons mais qui se retrouve dans la découverte de sa nouvelle identité de migrante. Il relate l'expérience intime et humaine d'un personnage, aussi touchant qu'attachant, qui choisit de partir, quand il n'est plus possible de rester...

Cette lecture du roman a permis de découvrir qu’il y a plusieurs façons de percevoir l’émigration, et différentes manières pour un migrant ou une migrante de se définir au cours de ses pérégrinations, et de déterminer ce que c’est être un « autre » ailleurs?

Les migrants et migrantes sont souvent envisagés à travers des personnages stéréotypés, des récits, des profils qui sont souvent homogénéisés. Avec un récit féminin, plusieurs clichés relatifs aux questions de la migration sont déconstruits, notamment la posture de la femme qui est généralement attachée et dépendante, alors que dans ce roman, le personnage de « Aram » représente une femme autonome et actrice de son destin, elle n’est pas dans cette posture systématique d’être attachée à son tuteur, mais c’est une jeune femme qui a un projet et une trajectoire de vie.

Modérée par Nadia Khrouz, cadre au CNDH, cette rencontre a été l’occasion aussi de faire des réflexions autour de la mobilité de la personne en tant qu’un être humain qui doit avoir le droit de choisir où il veut rester, parce que de toutes les manières, il devient le citoyen du pays où il réside, même s'il n’a pas de documents qui le prouvent.