Vous êtes ici : AccueilTrentième anniversaire de la création de l'Institution nationale des droits de l'Homme au Maroc

PUBLICATIONS À LA UNE

Bulletin d'information

Actualités

31-12-2021

Lettre de voeux à l'occasion de la nouvelle année 2022

Lire la suite

16-12-2021

Le CNDH participe à la 3ème réunion annuelle du réseau des Nations Unies sur les (...)

Lire la suite

08-12-2021

Atelier de formation sur les aspects liés à la santé dans les lieux de privation (...)

Lire la suite
Lire toutes les actualités
  • Réduire
  • Agrandir

Trentième anniversaire de la création de l'Institution nationale des droits de l'Homme au Maroc

Le Conseil national des droits de l'Homme (CNDH) commémore, ce vendredi 8 mai 2020, le trentième anniversaire de la création de l'institution nationale des droits de l'Homme du Maroc. A travers le Conseil consultatif des droits de l'Homme (1990-2011) et le Conseil national des droits de l'Homme (2011-2018), réorganisé en vertu de la loi n° 76.15 en février 2018, cette institution a marqué de ses empreintes les changements majeurs en matière des droits de l'Homme dans notre pays, notamment sur les plans législatif, institutionnel, juridique et sociétal.

Au cours de ce long processus, le Conseil a été présent à de grands tournants, jouant ses rôles de manière indépendante, et s’érigeant en véritable passerelle entre l'État et la société pour les questions relatives de droits de l'Homme et en mécanisme qui veille à l’harmonisation de la législation nationale avec le droit international des droits de l'Homme dans son universalité et son indivisibilité.

"La création du Conseil a consacré l’engagement et l’adhésion volontariste du Royaume dans le système international des droits de l'Homme. Elle a également favorisé l'interaction sans précédent entre la volonté suprême de l’Etat et le mouvement des droits de l’Homme et de la démocratie autour des questions qui préoccupaient la société marocaine", a déclaré à cette occasion la présidente du Conseil.

« Les mutations survenues durant les dernières décennies sont justement le fruit de cette dynamique d’interaction qui a permis la libération des détenus politiques et le retour des exilés au milieu des années 1990, en plus de la mise en place des jalons de la justice transitionnelle et la création de l’Instance équité et réconciliation (IER). Il s’en est suivi le lancement des grandes réformes institutionnelles, législatives et constitutionnelles », a-t-elle ajouté.

Au cours de ces trois dernières décennies, le parcours de cette institution a été marqué par des étapes majeurs, dont les plus importantes demeures l’édification institutionnelle et l’instauration des fondements de l'Etat de droit et de la démocratie, la lecture de la page du passé à travers la création de l’IER, la constitutionnalisation des droits de l'Homme, le renforcement de la dimension régionale de l’action du Conseil et la promotion de l'éducation à la citoyenneté et aux droits de l'Homme.

A la lumière de la hausse de la demande pour les valeurs de la démocratie et des droits de l'Homme, le Conseil a adopté depuis 2019 une approche fondée sur trois piliers fondamentaux : la prévention des violations, la protection des victimes et la promotion et le renforcement de la culture des droits de l’Homme, ouvrant ainsi un nouvel horizon des droits de l'Homme à travers une nouvelle vision qui lie la réflexion, la consultation et l'action des droits de l’Homme.

Il convient de rappeler que le CNDH avait tracé un programme d'activités s'étendant sur toute l’année 2020 sous le slogan "1990-2020 : Un processus continu pour l’effectivité des droits", dans l’objectif de commémorer cet anniversaire d’une manière collective et procéder à une lecture de cette page de l’histoire des droits de l'Homme, en associant divers acteurs et partenaires.

Le coup d’envoi officiel de ce programme a été donné lors de la participation du Conseil à la 26éme édition du Salon International de l'Edition et du Livre de Casablanca (6-16 février 2020), avant que le Conseil n'annonce le report de toutes ses activités nationales et internationales en raison des circonstances liées à l'état d'urgence sanitaire actuelles.