Vous êtes ici : AccueilPratique conventionnelleComité des disparitions forcéesVisite du groupe de travail sur la disparition forcée du visite au Maroc du 22 au 25 juin 2009

PUBLICATIONS À LA UNE

Bulletin d'information

Actualités

14-07-2019

Les formes d’expression publique et le modèle de développement, par Mohamed (...)

Lire la suite

28-06-2019

La présidente du CNDH reçoit la Directrice exécutive de la Direction exécutive (...)

Lire la suite

20-06-2019

Amina Bouayach participe à un débat sur la parité lors de la 5ème édition du (...)

Lire la suite
Lire toutes les actualités
  • Réduire
  • Agrandir

Visite du groupe de travail sur la disparition forcée du visite au Maroc du 22 au 25 juin 2009

 
Le  groupe de travail sur la disparition forcée (GTDFI) a tenu sa 88ème session au Maroc, pour la première fois dans un pays arabe, musulman et africain, a, sur invitation du gouvernement marocain, rendu visite au Maroc du 22 au 25 juin 2009 pour s’enquérir des différents chantiers de réformes menées par le Royaume.
 
Le Groupe de travail a rencontré l’ambassadeur, directeur général des Relations multilatérales et de la coopération globale au ministère des Affaires étrangères et de la Coopération, le Ministre de la justice, le Président de la Chambre des conseillers et le président du Conseil consultatif des droits de l’Homme. Le GTDFI a également été en visites de terrain aux anciens centres de détention à Derb Moulay Chrif, Kelaat Megouna et Agdez pour considérer l’avancement du programme réparation communautaire notamment le volet concernant la préservation de la mémoire, en plus d’un certain nombre de rencontres avec les associations de droits humains ainsi que d’anciennes victimes ou leurs familles ont été programmées.
 
Il convient de rappeler que le Groupe de travail sur les disparitions forcées ou involontaires (GTDFI), crée en 1980 par la Commission des droits de l’Homme des Nations Unies a essentiellement pour mandat d’aider les familles des personnes disparues à élucider le sort des victimes. Le GTDFI sert essentiellement de contact entre les familles des personnes disparues et les gouvernements concernés.
 
 
 

 

Haut de page