Vous êtes ici : AccueilCNDHAvis et mémorandumsLes mémorandums soumis au gouvernementCode de la presse et des journalistes professionnels

PUBLICATIONS À LA UNE

Bulletin d'information

Actualités

14-07-2019

Les formes d’expression publique et le modèle de développement, par Mohamed (...)

Lire la suite

28-06-2019

La présidente du CNDH reçoit la Directrice exécutive de la Direction exécutive (...)

Lire la suite

20-06-2019

Amina Bouayach participe à un débat sur la parité lors de la 5ème édition du (...)

Lire la suite
Lire toutes les actualités
  • Réduire
  • Agrandir

Code de la presse et des journalistes professionnels

Suite aux instructions Royales, le Conseil consultatif des droits de l’Homme (CCDH) a été saisi en février 2007 par la Premier Ministre, afin d’émettre un avis consultatif concernant le projet du code de la presse et des journalistes professionnels, notamment sur ses aspects relatifs aux libertés publiques et aux droits de l’Homme.

A cet effet, le Conseil a constitué un groupe de travail composé de membres et de cadres de son staff administratif qui, outre ses séances à huit clos dédiées à l’examen de ce projet, a aussi tenu des réunions en présence du ministre de la Communication. Ce groupe a également fait appel à des experts en la matière.

Le Conseil a également reçu des mémorandums de la part du Syndicat National de la Presse et de la Fédération nationale des éditeurs exposant leurs positions et propositions sur les modifications que propose ce projet.

Dans un mémorandum adressé au Premier ministre, le Conseil a d’abord insisté sur la nécessité d’approfondir l’examen du projet en prenant en considération les points suivants :

Le rôle et les responsabilités des média dans l’information des citoyens dans le processus de construction démocratique ;

La consolidation des acquis constitutionnels en matière de liberté d’expression et la nécessité de développer un environnement professionnel à même de suivre les dynamiques de développement social que connaît notre pays ;

Tenir compte du vide juridique sur l’accès à l’information et le droit à l’information ;

Les dispositions comportent encore la contrainte par corps : sanctions d’emprisonnement et autres sanctions privatives de libertés ;

La nécessité de définir et de préciser l’acte et le contenu médiatiques incriminés afin d’éviter toutes interprétations pouvant restreindre le champ des libertés d’opinion, d’expression et de création culturelle et artistique.

Le Conseil a reçu dernièrement la dernière mouture du projet de « code de la presse et des journalistes professionnels » proposée par le Premier ministre pour émettre son avis.

Il est à rappeler que le code de la presse promulgué en 1958 a été modifié janvier 2002.

Haut de page