Vous êtes ici : AccueilCoopération et Relations extérieuresRelations extérieuresLe Réseau des institutions nationales africaines des droits de l'Homme

PUBLICATIONS À LA UNE

Bulletin d'information

Actualités

14-07-2019

Les formes d’expression publique et le modèle de développement, par Mohamed (...)

Lire la suite

28-06-2019

La présidente du CNDH reçoit la Directrice exécutive de la Direction exécutive (...)

Lire la suite

20-06-2019

Amina Bouayach participe à un débat sur la parité lors de la 5ème édition du (...)

Lire la suite
Lire toutes les actualités
  • Réduire
  • Agrandir

Le Réseau des institutions nationales africaines des droits de l'Homme

Le Réseau des Institutions Nationales Africaines des Droits de l'Homme est une organisation régionale qui regroupe les institutions nationales des droits de l’homme en Afrique. Le Réseau apporte une assistance technique et un soutien à chacune des institutions membres afin de renforcer leurs capacités d’assurer efficacement la protection, le suivi, la promotion et la sensibilisation en matière de droits de l'homme. Historique : Le RINADH a été créé suite à la signature de son Acte constitutif à la Sixième conférence des INDH africaines tenue à Kigali (Rwanda) en octobre 2007. Cela a également donné lieu à la mise en place d’un Secrétariat permanent entièrement opérationnel basé à Nairobi (Kenya) et à l’enregistrement du RINADH en tant que personne morale en vertu de la loi kenyane, lui permettant ainsi de fonctionner en son propre nom. Structure : Le RINADH est une organisation indépendante sans but lucratif. Les organes de prise de décision sont l'Assemblée générale et le Comité directeur, le Bureau et le Comité d'accréditation. L’organe exécutif du RINADH est le Secrétariat. Membres : Il y a 35 membres officiels du RINADH : Algérie, Angola, Benin, Burkina Faso, Cameroun, Tchad, Cape Vert, Congo Brazzaville, République Démocratique du Congo, Cote d’Ivoire, Djibouti, Egypte, Ethiopie, Gabon, Ghana, Guinée Conakry, Kenya, Madagascar, Malawi, Mali, Mauritanie, l’ile Maurice, Maroc, Namibie, Nigeria, Rwanda, Sénégal, Sierra Leone, Afrique du Sud, Sud Soudan , Tanzanie, Togo, Tunisie, Ouganda et Zambie. Mandat : Le mandat du Réseau, tel qu’il apparaît à l’article 2 de l’Acte constitutif portant sur les objectifs généraux du RINADH, est le suivant: a. Encourager la création et la mise en place d’institutions nationales des droits de l’homme en Afrique, conformément aux Principes de Paris ; b. Faciliter la coordination, le renforcement et l’efficacité des institutions nationales de droits de l’homme en Afrique; c. Encourager la coopération entre les institutions nationales des droits de l’homme en Afrique ainsi qu’avec les institutions intergouvernementales et gouvernementales. Vision : La vision du RINADH est une Afrique où chaque pays dispose d’une INDH fiable, établie en conformité avec les Principes de Paris et qui contribue clairement à l’avènement d’un continent caractérisé par une culture de droits de l'homme et de justice pour tous. Mission : La mission du RINADH est d’appuyer, à travers la coopération nationale, sous-régionale, régionale et internationale, la création, le renforcement et le développement des institutions nationales des droits de l'homme afin de leur permettre de mener à bien leur mandat de vigilance, de promotion, de protection et de défense en matière des droits de l'homme conformément aux principes de Paris. L’accomplissement d’une telle mission se base sur les principes de transparence, humilité, responsabilité, ouverture, coopération, professionnalisme et équité. La Présidence du Conseil Consultatif des Droits de l’Homme du Maroc au RINADH Le Conseil Consultatif des Droits de l’Homme au Maroc assure la présidence du Réseau depuis novembre 2009 pour une durée de deux ans. C’est au cours de la 7ième conférence des INDH africaines organisée par le CCDH à Rabat du 3 au 5 Novembre 2009 sous le thème « Paix et Justice : Rôle des institutions nationales des droits de l’homme »qu’il a été élu à la présidence du Réseau. Le CCDH a proposé un plan d’action pour la période 2010-2011, en collaboration avec le secrétariat permanent, afin de munir le Réseau des instruments nécessaires pour rendre ses missions effectives et efficientes, d’en faire un acteur dynamique auprès des principaux partenaires régionaux et internationaux, notamment le CIC et d’habiliter les INDH africaines à exercer leur influence sur les politiques en matière de droits de l’homme. Ce plan d’action s’articule autour de 6 axes d’intervention : 1. Amélioration du mode de fonctionnement du RINADH; 2. Renforcement des capacités des Institutions nationales des droits de l’Homme; 3. Consolidation de la coopération et l’interaction avec les organisations régionales et internationales; 4. Elaboration d’une stratégie de communication du Réseau; 5. Développement d’une stratégie de collecte de fonds et 6. Mise en place de groupes de travail avec des thématiques prioritaires dont les droits économiques, sociaux et culturels ; l’éducation et la formation en matière de droits de l’homme ; la justice transitionnelle ; les droits de l’enfant ; les personnes déplacées, refugiées et apatrides et la lutte contre la corruption. Mise en Œuvre du plan d’action 2010-2011 La mise en œuvre du plan d’action de 2010-2011 est en cours et se traduit notamment par l’organisation d’ateliers régionaux de formation, d’échanges d’expériences et de bonnes pratiques, le renforcement de la coopération et des échanges entre le RINADH et les organisations régionales et internationales, l’analyse des lacunes de certaines INDH et la conclusion de partenariats.

Haut de page