Vous êtes ici : AccueilCommémoration du 70ème anniversaire de la DUDH : Hommage à des militants des droits de l’Homme et édition d’une pièce de monnaie et d’un timbre-poste commémoratifs

PUBLICATIONS À LA UNE

Bulletin d'information

Actualités

15-03-2019

La présidente du CNDH reçoit une délégation du bureau exécutif du Forum marocain (...)

Lire la suite

12-03-2019

Publication d’une étude sur les besoins en matière de justice : La présidente du (...)

Lire la suite

06-03-2019

32ème session de la GANHRI à Genève : Amina Bouayach préside le panel sur le (...)

Lire la suite
Lire toutes les actualités
  • Réduire
  • Agrandir

Commémoration du 70ème anniversaire de la DUDH : Hommage à des militants des droits de l’Homme et édition d’une pièce de monnaie et d’un timbre-poste commémoratifs

Dans le cadre de la commémoration du 70ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’Homme (DUDH), le ministère d’Etat chargé des droits de l’Homme, le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH), Bank Al-Maghrib et Barid Al-Maghrib ont organisé le 20 décembre 2018 à Rabat une cérémonie au cours de laquelle une pièce de monnaie et un timbre-poste commémoratifs ont été dévoilés et un hommage rendu à des personnalités reconnues par leur engagement en faveur de la promotion et la protection des droits de l’Homme. 

Cette cérémonie qui vient couronner une série de manifestations organisée par le Maroc depuis décembre 2017 en vue de commémorer cet événement célébré par la communauté internationale tout au long de l'année sous le slogan « Tous pour les droits de l'homme », a été marquée par le message royal adressé aux participants dans lequel SM le Roi Mohammed VI précise que la commémoration de cette date symbolique « intervient alors que Nous venons de procéder à la nomination d’un nouveau Président du Conseil national des droits de l’Homme et d’un nouveau Délégué interministériel aux droits de l’Homme, ouvrant par-là une étape nouvelle dans le processus de renouvellement et d’adaptation de ces institutions, de consolidation de leurs acquis et de renforcement de leurs moyens d’action ».

Le souverain a par ailleurs appelé « toutes les institutions et les instances concernées à poursuivre les efforts qu’elles déploient pour remplir leur rôle, celui de défendre les droits de l’Homme, dans toutes leurs dimensions, et d’en étendre le rayonnement en théorie comme en pratique, agissant en cela dans un esprit de responsabilité et de citoyenneté, où l’exercice des droits et des libertés se fait en corrélation avec l’accomplissement des devoirs ».
A cette occasion, Amina Bouayach, présidente du CNDH s'est félicitée de l'appel lancé par SM le Roi pour la consolidation du système des droits de l'Homme au Maroc. « En tant que marocains, et membres de la communauté internationale, cette commémoration revêt pour nous une dimension symbolique et effective. Ces initiatives permettent au Maroc d’être à l’avant-garde des pays ayant commémoré cet événement planétaire avec tout ce qu’il porte comme dimensions historique et politique ».

Outre le dévoilement de la pièce de monnaie et du timbre-poste commémoratifs, l’un des moments forts de cette rencontre a été indéniablement l’hommage rendu à des personnalités ayant marqué de leur empreinte le champ des droits de l’Homme au Maroc. L’hommage en question a été rendu à Latéfa Jbabdi et Habib Belkouch, et à travers eux, à tous les militants des droits de l’Homme à travers Maroc, en reconnaissance de leurs apports notoires en matière de promotion et de protection des droits de l’Homme.

A cet égard, Mustapha Ramid, ministère d’Etat chargé des droits de l’Homme a affirmé que cet évènement rend hommage à deux personnalités reconnues pour leur apport en matière de défense des droits humains, en l'occurrence Latifa Jbabdi et Habib Belkouch, a-t-il dit, soulignant l'engagement de son département en faveur de la promotion des droits de l'Homme, aux côtés du CNDH.

Pour rappel, la Déclaration universelle des droits de l’Homme (DUDH), adoptée 10 décembre 1948 par l’Assemblée générale des Nations unies, consacre les droits inaliénables de chaque individu en tant qu’être humain, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de religion, d’opinion politique ou de toute autre situation.

L’adoption de la DUDH a lancé la dynamique de l’universalisme, une dynamique qui semble à la fois complexe mais inéluctable et qui se déploie sur plusieurs niveaux.

Le premier niveau a trait à l’expansion continue du droit international des droits de l’Homme avec l’adoption, surtout à partir de 1966, de nombreux pactes et conventions, de plus en plus pointus.