Vous êtes ici : AccueilM. Bensalah insiste sur la nécessité d’ouvrir un débat public sur la liberté d’expression et d’opinion dans l’espace numérique

PUBLICATIONS À LA UNE

Bulletin d'information

Actualités

15-05-2022

Rapport annuel 2021: le mot de Mme Amina Bouayache, présidente du CNDH

Lire la suite

15-04-2022

Lancement d'avis de recrutements pour l'occupation de (4) postes budgétaires (...)

Lire la suite

14-03-2022

Mme Bouayach, désignée membre du comité académique pour la préparation prochain (...)

Lire la suite
Lire toutes les actualités
  • Réduire
  • Agrandir

M. Bensalah insiste sur la nécessité d’ouvrir un débat public sur la liberté d’expression et d’opinion dans l’espace numérique

Le Secrétaire général du Conseil national des droits de l’Homme, Mounir Bensalah, a participé, le 12 février 2022, à l'ouverture du 1er forum des médias associatifs et communautaires au Maroc (FMMAC), organisé à l'occasion de la Journée mondiale de la radio par le Forum des alternatives au Maroc (FMAS).

Intervenant à la session d'ouverture de ce forum, qui s'est déroulé en deux jours, M. Bensalah a mis en exergue tout l'intérêt que porte le CNDH à la question de la liberté d’expression.

Tout en rappelant les recommandations du rapport annuel du CNDH au titre de 2019, M. Bensalah a mis en avant l’importance des Médias associatifs, qui traduisent de nouvelles aspirations et qui contribuent au renforcement de l’écosystème médiatique national.

Il a par ailleurs rappelé la recommandation du CNDH qui appelle à « l’ouverture d’un débat public sur la liberté d’expression, d’opinion et de la presse, avec la participation de tous les acteurs concernés, en prenant en compte les mutations opérés sur ce champ, notamment dans l’espace numérique, et en particulier les plateformes des réseaux sociaux ».

M. Bensalah a, dans ce sens, précisé qu’« en application de cette recommandation, le CNDH a organisé, en février 2020, une large consultation avec les parties prenantes sur le sujet ». Une consultation qui a permis de mettre en avant un certain nombre de défis, tels que la difficulté de l’élargissement de l’espace numérique pour l’accès de tous à l’internet, le défi de la difficulté de sa réglementation et l’application des dispositions juridiques actuelles, la protection de l’opinion publique de la désinformation et de la propagation rapide des fake news et l’utilisation de ces espaces pour l’atteinte aux droits de l’homme ».

Evoquant quelques questions émergées de cette consultation, M. Bensalah a rappelé, que « le CNDH a lancé la même année une plateforme ‘taabiratraqmya – expressions numériques’ pour recevoir les contributions des experts et des citoyens sur la thématique ». « La liberté d’expression est un droit fondamental en soi, mais aussi un droit qui permet à d’autres d’être effectifs. Sur cette base, la liberté d’expression est décrite comme la pierre angulaire dans toute société où règnent la liberté et la démocratie. Les nouvelles expressions publiques, sous leurs nouvelles formes, notamment digitales, forment un modèle émergent des libertés publiques dans notre pays », avait souligné la Présidente du CNDH lors du lancement de cette plateforme.

Le secrétaire général a par ailleurs rappelé les recommandations du rapport annuel du CNDH de l’année 2020, dont le renforcement des mécanismes de recours, judiciaires et non judiciaires, des citoyennes et des citoyens, en relation avec la technologie et l’intelligence artificielle, l’ouverture d’un débat public concernant la protection des droits de l’Homme dans la sphère numérique et l’intelligence artificielle, le renforcement de l’organisation et la gouvernance du marché publicitaire, la promotion de l’éducation médiatique et le renforcement de la formation de base et continue, entre autres.

Le FMMAC a été marqué par la participation de représentants d'institutions nationales liées aux médias, de professeurs d'université, d'experts, des acteurs associatifs et médiatiques, et des militants des médias collectifs, vise le renforcement de réseau des médias associatifs au Maroc, de se débattre sur de nombreuses questions et sujets liés au pluralisme des médias et à la liberté d'expression.